Vous vous demandez sûrement ce que deviennent nos déchets recyclés. Une continuité dans la chaîne des déchets pour certains. Mais pour d’autres, ces matières recyclées ont vocation à devenir de fabuleux trésors.

Prenons l’exemple de ces trois entreprises qui par leur ingéniosité, ont transformé nos déchets en produits luxueux.

 

Pentatonic

C’est l’un de ces merveilleux acteurs dont nous nous devons de prendre exemple. Cette entreprise berlinoise a su inventer de nouveaux matériaux en utilisant comme matière première, la ressource la plus abondante et la plus dangereuse au monde : les déchets humains.

Ils sont capables de transformer nos bouteilles d’hier en de belles chaises ergonomiques. Ou encore de transformer nos écrans de smartphone fissurés en verrerie haut de gamme.

Leur vision : « L’homme a déjà produit assez de plastique et de verre pour satisfaire nos besoins pour toujours – tout est là, il faut privilégier la réincarnation à l’enterrement. »

Nous vous laissons admirer leur création et voir en elles la nouvelle vie potentielle d’un de vos déchets quotidien.

Siège pentatonic conçu en plastique recyclé verrerie pentatonic conçue à partir d'écrans recyclésportefeuille pentatonic conçu en plastique recyclé

 

Method

Du côté des américains, mais toujours dans le plastique recyclé, on conçoit des bouteilles faites de bouteilles avec un but ultime, produire les packagings en circuit fermé.

C’est en tout cas le défi que s’est lancé la marque Method, spécialisée dans les produits vaisselle et produits d’entretien design et biodégradables.

 

On est bien loin de nos traditionnels produits Cillit bang violet avec trois couches de plastique d’épaisseur.

 

Enfin, si vous pensez que ces super-héros du recyclage sont une minorité, vous serez alors surpris de savoir que NIKE a utilisé plus de quatre milliards de bouteilles en plastique destinées à la décharge depuis 2010 pour concevoir ses chaussures emblématiques.

 

Alors si vous n’êtes toujours pas convaincus par le tri sélectif, je ne sais pas ce qu’il vous faut de plus.

Partager: