Stopcovid on a testé l’application liberticide du gouvernement français

essai de l'application Stopcovid 19 france

Pour sauver le monde d’une épidémie rien de mieux que d’utiliser le digital et pourquoi pas faire une application Stopcovid !

Sur le principe pourquoi pas, mais la réalité est bien différente. C’est sur le fonctionnement de l’application pour stoper le Covid 19 en France que nous avons des doutes. On a testé pour vous l’application Stopcovid qui se révèle être plus inutile que liberticide et en rien légitime pour vous protéger du coronavirus.

Comment cela fonctionne :

Grâce à la technologie Bluetooth, elle permet ainsi de vous alerter en cas de contact rapproché et prolongé avec une personne identifiée comme porteuse du Covid-19. Les porteurs du Covid-19 doivent se déclarer volontairement sur l’application mais faut-il encore savoir si vous êtes porteur du virus ou pas…

Si vous rentrez en contact avec une personne à risque vous en êtes notifié et vous pouvez ainsi tomber dans une psychose abominable avant d’avoir la chance peut-être de faire un test pour vous rassurer.

Le gouvernement cible plus les «urbains actifs», qui prennent les «transports en commun», croisent des «inconnus» dans les magasins…

Appliquer les gestes barrières reste de loin la meilleure solution.

En réalité l’application Stopcovid ne semble pas bien liberticide dans son utilisation et normalement aucunes données ne devraient être sauvegardées par le gouvernement. Le seul risque c’est de vous faire pirater vos données en téléchargeant une fausse application ou bien que l’application officielle du gouvernement se fasse pirater.

Le Coronavirus en France a plongé la population dans un climat social tendu comme un string. Pour autant faut-il tomber dans le contrôle absolu de la population ?

Les citoyens ne sont-ils pas capables de se contrôler eux-mêmes et appliquer un peu de bon sens pour le bien commun ?

La petite blague à un coût exorbitant pour le contribuable.

Bien que l’application a été développée bénévolement, son fonctionnement aura un coût : entre 200.000 et 300.000 euros explique L’Obs .

Un prix que le secrétaire d’État au Numérique Cédric O a jugé “négligeable” par rapport à son utilité sur le plan sanitaire mais “trop cher” au regard des résultats à attendre selon un expert interrogé par L’Obs. Le hacker Baptiste Robert suspecte ainsi une surfacturation comme “un moyen de payer les entreprises rétrospectivement” et estime que “le gouvernement doit faire preuve de plus de réalisme et de transparence”.

Au total c’est plus de 130 chercheurs et contributeurs issus d’entreprises privées et d’organisme de l’Etat (Inria, Anssi, Capgemini, Dassault Systèmes, Insem, Lunabee Studio, Orange, Santé Publique Frace, Withings) ont participé à son développement gratuitement. Mais selon Baptiste Robert, “cette application coûtera beaucoup d’argent pour une efficacité probablement nulle”.

Retrouvez nos actualités sur le coronavirus ICI.

Partager: