cinq marques de beauté bio au banc d'essai

Nous passons cinq marques de beauté bio au banc d’essai. Avec l’avènement des cosmétiques bio, pas toujours facile de s’y retrouver au rayon beauté. On a donc décidé de tester certains d’entre eux, histoire d’y voir plus claire. Découvrez notre sélection !

 

Sanoflore : la reine des eaux florales

Sanoflore : la reine des eaux florales

On ne présente plus Sanoflore, la marque française qui depuis 1986 ne cesse de rassembler toujours plus d’adeptes grâce à ses produits de grande qualité et son design élégant et séduisant. Ses eaux florales, en l’occurrence, sont devenus des basiques incontournables. Impossible en effet de passer à côté de l’eau florale de lavande purifiante, excellente pour les peaux mixtes et grasses ou à tendance acnéique ou encore l’eau de rose, tonifiante et illuminatrice, bourrée d’antioxydants. Si vous aimez leurs parfums, vous serez également séduits par leur texture qui laisse une sensation de fraicheur sur le visage. À utiliser le soir avant d’aller se coucher pour encore plus d’efficacité !

 

Weleda : la valeur sûre

 cinq marques de beauté bio au banc d'essai

Sans doute la plus connue au rayon beauté bio, la marque suisse Weleda s’est implantée sur le marché français et reste aujourd’hui LA valeur sûre du cosmétique bio. Sa force ? Ses senteurs naturelles, véritable régal pour les sens et ses prix relativement abordables. On apprécie particulièrement la gamme antioxydante à la grenade et notamment le lait hydratant régénérant pour le corps qui pénètre instantanément et agit en profondeur sur l’épiderme, contrairement à certains laits riches en glycerin qui déposent seulement un film doux au toucher sur la couche supérieure de la peau. Il agit sans coller et surtout sans gêner l’épreuve d’enfilage du jean. Mention spéciale aussi pour la gamme de déodorants parfumés, très efficace malgré l’absence de sels d’aluminium.

 

 

Melvita : la pionnière du bio made in France

Melvita : la pionnière du bio made in France

Créée en Ardèche en 1983, Melvita est la plus ancienne des marques bio made in France ayant également pour objectif la préservation de l’environnement et des abeilles et ça, ce n’est pas rien ! Elle propose donc une gamme de cosmétiques à base de miel pour le corps et le visage, notamment des crèmes de douche et des shampoings à base de fleur d’oranger, de fleur d’amandier et de romarin qui sentent bon la Provence et l’été et sont véritablement à tomber, aussi bien pour leur parfum que pour leur efficacité. Autre coup de cœur, la gamme visage à l’eau florale de rose composée d’une eau micellaire, d’une crème de jour, d’un soin contour des yeux et d’une BB crème à des prix aussi accessibles que Weleda. Difficile de choisir chez Melvita, car tout est bon !

 

 

Emma Noël : l’experte en huiles

Emma Noël : l’experte en huiles

Plus récente, la marque Emma Noël est devenue une référence en matière d’huiles végétales bio et propose une gamme complète de près de 100 produits à base d’huiles végétales vierges. Que vous soyez pour une ambiance orientale, exotique, florale ou monoï, vous trouverez toujours votre bonheur grâce aux senteurs de l’olive, de l’argan, de l’amande douce ou du karité. Notre petite préférée ? L’huile sèche pour le corps après-soleil à la coco qui sent bon les vacances et hydrate sans laisser la peau grasse. Une super référence, également très efficace pour l’hydratation des cheveux.

 

 

Pachamamai : la Vegan

Pachamamai : la Vegan

Least but not last, Pachamamaï, est une nouvelle marque de soins issus de matières premières bios et éco-responsables qui s’attache au respect de l’éthique en ne faisant aucun test sur les animaux et en n’utilisant aucun produit de provenance animale. Elle prône également le commerce équitable en s’engageant directement auprès des communautés productrices, ce qui justifie le prix légèrement plus élevé de ses produits. Son must ? Le savon bluette vegan à la lavande non agressif pour la peau qui est devenu le chouchou de nombreuses blogueuses. Idéal pour nettoyer en profondeur les peaux à problème.

 

 

Article de Ophélie

Partager: