Grâce à une bonbonne remplie d’air sous pression et d’eau de pluie montée sur  un tricycle, François Gissy passe de 0 à 100 km/h en à peine plus d’une demi-seconde.

Il faut rester bien accroché. Chauffeur de bus de profession, le Français François Gissy aime les sensations fortes: il y a trois ans, avec son vélo-fusée avec propulseur tournant au peroxyde d’hydrogène, il avait atteint la vitesse hallucinante de 333 km/h, ridiculisant au passage une Ferrari 430 Scuderia.

Mais maintenant, François dispose d’une troisième roue.

Et avec son tricycle de l’extrême, il peut désormais passer de 0 à 100 km/h en 0,55 seconde… et dépasser les 260 km/h, quelques secondes plus tard. Une performance réalisée sur le circuit Paul Ricard et grâce à une bonbonne remplie uniquement d’air sous pression et d’eau de pluie. C’est un peu la Bugatti Chiron, la Hennessey Venom GT ou la Tesla (si on veut rester en zéro émission) des fusées à eau de notre enfance!

Dans le détail, son engin est constitué d’une fourche de moto à l’avant, des roues de kart à l’arrière et un réservoir en aluminium et fibres de carbone d’une capacité d’environ 130 litres. L’eau de pluie (recueillie à la main et qui a nécessité 76 allers-retours avec une casserole) est expulsée à plus 430 bars de pression.

En cette journée nationale de la qualité de l’air, sûrement le moyen le plus écolo d’aller très vite !

La vidéo de son précédent exploit en vélo-fusée, avec une pointe à 333 km/h :



source.

 

Share: